mercredi 16 décembre 2009

L’interieur des psy

http://psychologueclinicienne.fr/resources/_wsb_508x312_el-divan-de-freud_1200063197.jpg

Ce qui frappe lorsque l’on regarde le cabinet de Sigmund Freud, c’est le l’abondance. Le bureau est encombré de statuettes qui débordent jusque sur des étagères,  le divan est déjà occupé par d’immenses coussins, par terre des tapis… Il semble qu’il n’y ait pas un seul centimètre carré ou le regard puisse rencontre du vide. La présence du maitre des lieux est sensible partout !

Nous savons que la façon dont une personne aménage son espace de travail est un reflet de son propre fonctionnement psychique, de l’image qu’il veut donner et même de la place qu’il fait aux autres. Un autre environnement serait-il plus propice au travail psychique ?

C’est a cette question qu’une expérience de psychologie menée par Ann Devlin a tenté de répondre. Deux environnements ont été présenté à 227 personnes. Dans le premier, les murs sont nus, et le cabinet est décoré de façon minimaliste. Dans le second, il est richement décoré des diplômes du psychothérapeute et des éléments personnes trônent sur le bureau. Les personnes étaient ensuite interrogées sur les compétences du psychothérapeute.

L’environnement le plus personnalisé était attribué à un psychothérapeute doué, compétent, amical, chaleureux et intéressé par ses clients. Curieusement, plus il y a de diplômes sur le mur, plus les jugements sont positifs et plus le psychothérapeute est décrit comme amical et efficace.

L’affichage des diplômes fait vraiment la différence car la présence ou l’absence de photos personnelles sur le bureau n’apporte pas de changement dans les jugements même si les personnes questionnées n’évoquent jamais leur présence comme choquante.

 

L’étude :  Devlin, A., Donovan, S., Nicolov, A., Nold, O., Packard, A., & Zandan, G. (2009). “Impressive?” Credentials, family photographs, and the perception of therapist qualities. Journal of Environmental Psychology, 29 (4), 503-512 DOI: 10.1016/j.jenvp.2009.08.008