dimanche 7 février 2010

Recommandations aux politiques qui ont des électeurs sur l’Internet

Les politiques français commencent à investir sur et dans l’Internet.

Malheureusement, je vois surtout sur Twitter des occasions manquées. Les discussions sont peu nombreuses, chacun reste dans son coin, ou pire encore, le compte Twitter de l’homme politique n’est qu’un fil RSS du pauvre.Cela donne parfois quelques maladresses comme le #fail de Desir d’Avenir ou des messages laconiques à la “Demain je passe à la télé”.

De mon point de vue, la présence de politiques sur le réseau est non seulement précieuse mais aussi nécessaire. D’abord parce que nous avons à voir ensemble comment nous pouvons faire avec cette chose commune qu’est l’Internet et les usages qu’elle a maintenant imposé. Ensuite,  parce qu’il est important que toutes les sensibilités soient présentes sur le réseau. Le risque est en effet que que le premier venu profite d’un effet d’aubaine. Enfin, parce que les mondes numériques bruissent d’occasions de faire de la politique autrement

 

Voici donc mes Recommandations aux politiques qui ont des électeurs sur l’Internet.

Interagissez. Le réseau n’est pas un média comme les autres. Il doit être habité. Les messages du genre “Demain je passe à la télé” sont non seulement inutiles mais contre-productifs : ce type d’information est largement diffusé sur les autres médias et le répéter sur le réseau n’apporte rien.

Participez. Les réseaux sociaux sont des espaces sociaux. Ils ont leurs règles de civilité, leurs rites, leurs cultures. Ils sont généralement très accueillants pour toute personne désireuse d’apprendre.

Evitez la starisation . Evitez de constituer des réseaux fonctionnant à sens unique.  Ces “ego networks” comportent deux problèmes. Le premier est qu’il n’est constitué que de personnes acquises a votre cause – et vous voulez gagnez les coeurs, n’est-ce pas ?. Le second est qu’il est trop homogène et qu’il ne vous mettra donc pas au contact avec de nouvelles idées.

Connaissez les réseaux. Les réseaux ont chacun leur propre population. Etre sur Twitter et Facebook ne suffit pas à porter la politique sur le réseau. Twitter est majoritairement composé de personnes hyper-connectées et parfaitement à l’aise sur le réseau. C’est, au regard de la population française, une minorité. Elle est très active et sait se faire entendre car elle connait les outils numériques. Si vous voulez faire de la politique sur le réseau, vous devez porter votre voix dans d’autres espaces. La blogosphère est l’un d’eux. Souvenez vous que les skyblogs constituent le plus gros amas de blogues francophones. Si ce que fait la jeunesse vous intéresse, vous devez garder un oeil sur ces blogues et imaginer des modalités de conversation avec eux.

Chaque réseau social agrège un certain type de population. Si vous donnez tout votre temps et toute votre attention a un type de réseau social – disons Twitter – le message pour les habitants des autres réseaux sociaux sera clair : “vous ne m’intéressez pas”. Lors des campagnes électorales vous prenez soin de parcourir tout le territoire; il doit en être de même en ligne.  Les publics de Facebook et de aujourdhui.com ne se superposent pas. Il vous faut donc parler aux uns et aux autres.

L’universalité n’existe pas sur le réseau. Une des idéologies du réseau est que pour peu que l’on ait son ticket d’entrée, on peut être entendu d’ou que l’on se tienne. C’est faux. Il est en ligne exactement les même divisions sociales qu’hors ligne. Ces divisions sont encore aggravées par le fait que le dispositifs techniques permettent de mettre en place très facilement des cascades d’exclusion.  Chacun, sur les réseaux sociaux, choisit avec qui il va interagir. C’est un fonctionnement qui est tout a fait justifié pour M. Toutlemonde mais qui ne peut pas correspondre a un homme politique dont la vue doit être le bien commun

Tenez un blogue. Vous avez un blogue, n’est ce pas ? Le blogue est le dispositif dans lequel votre identité en ligne va peu à peu se cristalliser. Sur le net, tous les chemins mènent au blogue, et votre compte Twitter (vous avez un compte Twitter, n’est ce pas ?), votre compte Facebook (vous avez un compte Facebook, n’est ce pas ?) devront y conduire. Vous prendrez soin de votre audience et vous vous insérerez peu à peu dans la conversation générale. Avec un peu de chance, on devrait voir apparaitre peu a peu une blogosphère politique française.

Réfléchissez aux nouvelles possibilités qu’offre le réseau. Est-il souhaitable de diffuser le conseil municipal sur Second Life ? Quels documents publics peut on mettre en ligne ? Comment utiliser les médias sociaux pour améliorer la vie de quartier ?

 

Qu’en pensez-vous ? Comment voyez vous la politisation de la blogosphère ? Vous semble-t-elle utile ?

S’il y a des recommandations auxquelles je n’ai pas pensé, sentez vous libre de les ajouter dans les commentaires.