dimanche 17 octobre 2010

Elude, un jeu sérieux sur la dépression

Elude - dans la prison de la dépression

Elude est un jeu sérieux sur la dépression. Le but du jeu est “de sensibiliser sur la dépression et d’informer sur sa dangerosité. Il est conçu pour être utilisé dans un cadre clinique comme moyen éducatif pour améliorer la compréhension des proches et de la famille de personnes  souffrant de dépression.

Elude modélise ce que la dépression peut être par rapport à d’autre humeurs. Il métaphorise la dépression. Les différentes parties du jeu représentent des paysages émotionnels. L’ambiance du jeu varie en fonction des états émotionnels qui sont représentés. Le gameplay de base (c’est à dire l’humeur “normale” démarre dans une foret pleine d’objets de passion qui résonnent lorsqu’on les utilise. Il est alors possible de vaincre les obstacles que l’on rencontre et d’aller a la cime des arbres où l’on rencontre la “joie”

 

imageLe jeu est assez réussi. Il est organisé autour de l’axe vertical : on s’enfonce dans la dépression ou on s’élève vers le bonheurs. Les niveaux du “dessous” sont assez angoissant et appellent des représentation de noirceur, de pesanteur, d’enfoncement inexorable. La tentation est grande de finalement se laisser aller à la pente de ce mouvement

Les niveaux du “dessus” sont beaucoup plus léger, et ils ont presque une tonalité maniaque. On s’élève de plus en plus et avec de plus en plus de plaisir même si la faiblesse des objets sur lesquels on s’appuie fait naitre une inquiétude de plus en plus grande.

 

Il est sans doute possible d’utiliser ce jeu comme médiateur : le patient joue, et l’on parle ensuite de ses impressions. Une critique cependant : je trouve que le niveau “normal” est tout de même assez déprimé : des arbres aux branches presque nues, d’immenses troncs qui barrent l’écran comme des barreaux de prison, et surtout le visage du protagoniste affiche toujours ce masque déprimé ! Il serait souhaitable que le visage s’éclaire de temps à autre, que cette lumière ait des effets sur l’environnement et que l’environnement ait également des effets sur les états internes du protagoniste tels qu’ils apparaissent sur son visage