mardi 6 octobre 2009

In treatment

 

Voici Paul Weston. Il fait face à Laura et à ses pleurs. Laura et ses problèmes de couple. Laura et ses soudains retournements. Paul Weston est psychothérapeute, et on le voit travailler séance après séance, épisode après épisode. Le cabinet est un personnage à part entière. On y découvre le fauteuil du thérapeute qui fait face à un canapé. Entre le patient et le thérapeute une table basse. Une grande bibliothèque donne une étendue de l'immensité des connaissances du psychothérapeute. Une porte ouvre sur une salle d'eau. Un modèle réduit de voilier dit des rêves rétrécis de navigation.

Le premier épisode s'ouvre sur les pleurs de Laura, et toute la séance alterne le  chaud et le froid pour finir sur du très chaud. Voilà donc que Paul Weston découvre, un peu tardivement, que le transfert a une coloration nettement érotique. On lui jettera pas la  pierre, mais on espère simplement qu'il a dans sa grande bibliothèques un exemplaire des Etudes sur l'hystérie (1895) dans lequel on peut lire

"j’arrivais le soir, au moment où je la savais plongée dans son état d’hypnose et la débarrassais de tous les réserves de fantasmes accumulées depuis ma dernière visite. Pour s’assurer le succès, il fallait que ce fut fait à fond. Alors, tout-à-fait tranquillisée, elle se montrait le jour suivant aimable, docile, laborieuse, et même enjouée. Le deuxième jour, et surtout le troisième, son humeur devenait toujours moins bonne, elle était revêche, désagréable. En cet état, il devenait parfois difficile, même sous hypnose, de la faire parler. Elle avait donné à ce procédé le nom bien approprié et sérieux de "talking cure" (cure par la parole) et le nom humoristique de "chimney sweeping" (rammonage). Etudes sur l'hystérie.

C'est le Docteur Josef Breuer qui rendait ainsi visite à Bertha Pappenheim, jeune viennoise de 21 ans . Bertha Pappenhein souffre de diverses paralysies hystériques, de troubles de la vue et du langage et d'une toux nerveuse. Elle est parfois en proie d' hallucinations, peut se montrer violente, mais le soir est elle dans une sorte d'état d'auto-hypnose propice a la parole. Elle se raconte alors et son humeur s' améliore. Les séances s'arrêteront à la suite d'une grossesse nerveuse de Bertha Pappenheim. Breuer raconte l'histoire à un certain Sigmund Freud qui se montre très intéressé. Le cas est publié dans les Etudes sur l'hystérie 14 ans plus tard.  Nous sommes en 1895. C'est l'aube de la psychanalyse.

Du moins, c'était l'aube de la psychanalyste telle que racontée dans les Etudes. Breuer traita sa patiente par l'hypnose et lui administra du chloral et de la morphine. Quant à l'arrêt du traitement, il semble qu'il soit plus du a la jalousie de Mme Breuer qu'au fantasme de grossesse de Bertha Pappenheim. Plus tard, d'autres patients et d'autres psychothérapeutes virent leurs vies se compliquer des amours de transfert. Sabina Spielrein devint la maîtresse de Karl Gustav Jung qui était aussi son analyste. Elle fut par ailleurs formée a la psychanalyse par... Sigmund Freud lui-même, ce qui ne simplifia pas les choses.

Avec Paul Weston, nous n'en sommes pas encore là. Mais il y a dès cet épisode - on saura plus loin qu'il y a déjà une année de psychothérapie - quelques atteintes du cadre du fait du psychothérapeute : il insiste pour lui rappeler un taxi, comme s'il voulait l'accompagner au delà des rendez-vous; il la nourrit; il écoute derrière la porte des toilettes pour savoir si tout va bien. N'aurait-il pas mieux valu travailler avec elle ce qu'elle pouvait attendre toute une nuit devant la porte de son psychothérapeute ? Il semble qu'elle ait éprouvé a ce moment des angoisses agonistiques. Qu'est-ce qu'elle répétait là ?

L'épisode et la série toute entière  pourrait sans doute être utilisée a des fins de formation dans la faculté de psychologie: Que feriez-vous à la place de Paul Watson ?

 

 

Sur l'histoire de la psychanalyse

Rodrigue E., Freud : le siècle de la psychanalyse, T. 1

Roudinesco E., Histoire de la psychanalyse en France, T. 1

Jones E. La vie et l'oeuvre de Sigmund Freud