jeudi 13 mars 2014

Les nouveaux mondes numériques


Aujourd’hui, les parents doivent accompagner leurs enfants dans un environnement un environnement totalement différent de ce qui existait jusqu'alors. Les mondes numériques sont différents des média qui les ont précédé : ils  sont en constante évolution, ils sont persistants, et ils sont peuplés de publics invisibles.

Un environnement en constante évolution.

L’Internet aujourd’hui ne ressemble pas à l’internet d’il y a 5 ans. Il est très aussi différent de l’Internet des années 2000 et pratiquement étranger à l’Internet de 1995. Autrefois, l’internaute était une sorte de voyageur qui se lançait à la découverte de contrées aussi exotiques que lointaines. Le cyberespace était quelque chose qui se méritait. L’accès en était généralement onéreux. Il demandait également des connaissances techniques et donc des apprentissages parfois compliqués. Mettre une page en ligne signifiait la maîtrise du langage HTML,  le maniement d'un logiciel de transfert de fichiers, et la compréhension du fonctionnement des noms de domaines. Aujourd’hui, cliquer sur le bouton "Nouveau billet" et "Publier" sont les deux opérations les plus compliquées. En d'autres termes, les aspects techniques sont devenus moins importants. Il est possible de publier une vidéo sur YouTube sans avoir la moindre idée de ce que FTP signifie. La seconde grande différence est que l'Internet n'est plus un paysage lointain. Il est un espace pratiqué quotidiennement. il est utilisé pour écouter de la musique, discuter avec ses amis sur les réseaux sociaux, ou faire des achats.

Un espace persistant.

Le web a d’abord été conçu comme un espace de documentation. C’est un espace d’écriture doté de fonctions d’indexation, et de recherche. Cet espace  a d'abord servi  à mettre en lien des documents mais il a été très vite utilisé pour mettre en lien des personnes. Le web est ainsi devenu un espace de présentation de soi mais il est en partie différent des autres espaces publics du fait que les publics que chacun rencontre en ligne sont en partie invisible. Cet espace est persistant au sens ou les documents numérique peuvent être conservés pratiquement indéfiniment. Contrairement aux documents analogiques, les documents numériques ne connaissent pas l'usure du temps. Ils sont figé dans un glorieux et éternel présent. L'absence de document original accentue ce phénomène. Sans original, tous les documents se valent, puisque chaque document peut être une copie parfaite. La multiplication des documents par copier-coller leur assure également une vie infinie. 

Des publics invisibles
L'internet est un espace public, mais il est un espace public différent de tous les autres. En effet, il est  d’audiences invisibles. S’il est possible de distinguer des visages connus dans le premier cercle de personnes avec lesquelles on interagit, les visages deviennent vite de plus en plus flous.Un message ou un document posté en ligne peut être lu par des parfaits inconnus mais il peut aussi être porté à la connaissance de personnes proches. Enfin, pour complexifier la scène, il n’est pas possible de savoir qui a été au contact avec le document et qui ne l’a pas été.  Ces publics invisibles donnent à l'Internet un aspect étrange pour ceux qui ont connu le monde avant sa numérisation. Beaucoup se demandent "ou vont les messages" lorsque l'on écrit sur Twitter ou Facebook. Les enfants nés avec le numérique ne s'en soucient pas. Ils ont vis à vis des publics invisibles la même approche pragmatique qu'avec les jeux vidéo. Ils savent que cela existe, ils ne comprennent pas tout à fait comment cela marche - pas plus d'ailleurs que les docteurs es psychologie et sociologie qui se sont penché sur ces questions - mais ils font avec.
L'Internet a une second propriété qui en fait un espace public particulier. Sur le réseau, tout le monde peut écrire. Les dynamiques ne sont plus celles des média de masse comme la radio ou la télévision. La relation de un vers plusieurs s'efface pour devenir une relation bien plus complexe et bien plus dense de plusieurs vers plusieurs.